Happy birthday Malaysia!

Publié le par Aurélien

"La vie est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber" disait très justement la maman de Forrest Gump. Ces quelques jours passés à longer la côte Ouest de la Malaisie ont été riches en découvertes et bonnes surprises.

J'ai terminé mon errance à Kuala Lumpur, la capitale du pays. Les tours jumelles Petronas sont naturellement le symbole de cette ville, et même du pays. Il faut dire qu'elles en imposent, en particulier de nuit, lorsqu'elle sont illuminées par le puissant flash de mon nouvel appareil photo.

Avec leurs 452 mètres et leurs 88 étages, elles sont légèrement plus hautes que l'Empire State Building. Elles semblent incarner la volonté de modernisme de ce pays afin d'atteindre les objectifs de
Wawasan 2020 (Vision 2020), un plan de développement ambitieux lancé en 1991 par le Premier ministre et visant à faire de la Malaisie un pays développé en moins de trente ans.

Au passage, je me suis amusé de cette tendance qu'ont les peuples depuis la préhistoire à bâtir des monuments somme toute assez phalliques, s'élançant toujours plus haut à la conquête des cieux, tels des hérauts d'une fierté nationale qu'ils incarnent : "c'est nous qu'on a la plus grosse (tour)".


Notre bonne vieille tour Eiffel a maintenant du mal à être de taille, mais j'ai réalisé qu'elle pouvait tout de même se targuer d'être un des rares monuments du genre à avoir une dimension principalement culturelle et non pas immobilière / financière.

Et oui, l'essentiel de la surface "habitable" de notre vieille dame est consacré à héberger des restaurants gastronomiques, tout un symbole...

C'est peut être ce qui en fait sa magie, et qui explique qu'on la retrouve en photo jusque dans les Bistro Délifrance de Kuala Lumpur ou Singapour.

Avant d'arriver à Kuala Lumpur, je me suis arrêté à Malacca puis à Penang, situées sur la côte Ouest. Chacune de ces villes a été pour moi l'occasion de découvrir la culture chinoise, car c'est dans cette partie du pays que se concentrent la majorité des "Chinois de Malaisie" comme l'un d'entre-eux aime s'appeler.

Car il y a les chinois de Chine bien sûr, mais aussi ceux de Hong Kong, de Taïwan, ... et ceux de Malaisie. Ils ont certes des ancêtres en commun, mais la distinction serait aussi forte qu'entre nous et les Québécois par exemple.

A Penang j'ai assisté à un opéra Chinois, et à Malacca j'ai suivi les cours d'un maître de thé. Un maître de thé est quelqu'un qui enseigne l'art de bien préparer le thé.

Avant d'assister a ces cours, je n'aimais pas le thé, et  depuis, je ne l'aime toujours pas. 
Mais je ne regrette pas cette initiation à ce qu'il convient d'appeler une cérémonie, dont le but est d'apporter la paix en purifiant le corps et l'esprit. "Parce que la vie est tellement courte, alors pourquoi perdre du temps à se disputer ?". Tout cela dans un verre de thé, qui l'eut cru.


Dans chacune de ces villes, j'ai eu la chance de rencontrer de véritables personnages avec qui j'ai eu des discussions vraiment instructives et d'une grande sincérité.

En particulier, on m'a expliqué la différence entre les occidentaux et les asiatiques. "Un asiatique, quand il est gentil avec toi, tu n'as pas à être gentil avec lui.", comprendre qu'il rend service sans rien attendre en retour, pas même de la reconnaissance...

J'ai aussi eu droit à un cours sur l'histoire des relations entre la Chine et les britanniques, en particulier la guerre de l'opium. J'ai réalisé qu'en Inde, il ne semblait pas exister de ressentiment anti-britannique, alors qu'il existe en Malaisie au moins chez ceux qui ont vécu "l'occupation", c.a.d les plus anciens.



Mais
maintenant tout cela relève du passé, car la Malaisie est un état indépendant depuis tout juste 50 ans. Ce 31 août 2007, c'était en effet la 50eme Merdeka (la fête nationale). C'était visiblement un événement très attendu vu le nombre de drapeaux affichés. J'ai ainsi vu des façades d'immeubles où chaque balcon était décoré d'un drapeau de la Malaisie.

Le soir J, il y avait beaucoup de monde dans les rues pour assister aux divers feux d'artifice, qui étaient d'ailleurs très réussis.

Je suis rentré le lendemain à Singapour en train de nuit. En me rendant à la gare, j'ai été amusé par un panneau d'interdiction affiché dans le métro local. Je le 
mets en guise de conclusion, vu que je suis en panne d'inspiration, et que je poste avec beaucoup de retard ce billet. Mais c'est promis, la suite de ma découverte de l'Inde se fera attendre moins longtemps :-)


J'en profite aussi pour vous remercier pour vos encouragements en général et vos messages de soutien suite à mon accident en particulier. Ce "break" à Singapour et en Malaisie m'a permis de prendre du recul sur tout ça. Je me suis aperçu que j'avais été pas mal choqué en fait, pas tant par l'accident que par certaines scènes auxquelles j'ai assisté à l'hôpital. En tous cas je pense avoir définitivement tiré un trait sur tout cela, et m'être réconcilié avec l'Inde.

En ce qui concerne Sophie, elle va bien, elle a bien récupéré, elle remarche correctement, et tout est bien qui se fini bien pour elle aussi.

Publié dans Lieux visités

Commenter cet article

Sébastien ANDRES 06/08/2008 17:00

Salut Aurélien !

On a essayé de te joindre avec Coco pour les fêtes de Mont de Marsan, tu m'étonnes qu'on te trouvait pas :D

Moi je repars de le C++. Bon voyage A++.

sophie 19/12/2007 19:44

Tres bon anniversaire. Que te souhaiter d'autre si ce n'est que ta bonne étoile continue a te protéger.... (et quelle te pousse par moment a te plonger dans la récit tes aventures :-) ). Très bonne continuation. tout plei ne bonheur à toi.
Avec toute mon affection.

Stéphane 23/09/2007 23:02

OUF, Enfin !!!
Tu m'as fait peur !
Un mois sans nouvelles, j'ai cru qu'il t'était arrivé encore un pépin !
Je suis ravis que ce soit la découverte du monde qui t'ai retenu... Ravis également de savoir que Sophie va mieux. On a eut peur pour elle.
Merci de nous régaler de ta verve (hummm, hummm) et des images (très belle et très nettes vue ton super appareil).
Vivement les prochaines news que tu nous a promis !
Porte toi bien et régale nous encore de tes découvertes.
Amicalement
Stéphane